Les Fondateurs

+

Joseph & Louis Clérico

D’origine italienne, les deux frères, qui étaient alors entrepreneurs dans le bâtiment, décident de changer de vie. En 1946, ils rachètent à Léon Volterra le Lido, situé au 78 de l’avenue des Champs Élysées.

Cette  aventure les passionne… Pour donner au Lido les moyens de devenir encore plus magique, ils font appel à l’imprésario Pierre-Louis Guérin. Cet homme de spectacle, bien connu pour son imagination débordante, a carte blanche pour transformer le Lido.

Dès lors, le Lido se métamorphose en un écrin luxueux qui attire le Tout Paris avec un nouveau concept : le dîner-spectacle qui remporte un franc succès et qui sera bientôt imité dans le monde entier.

La toute première représentation eut lieu le 20 juin 1946 et s’intitulait sobrement « sans rimes ni raisons ».

+

René Fraday

Après quatre années passées à monter des spectacles aux Etats-Unis, cet ancien boy de Mistinguett répond à l’appel de Pierre-Louis Guérin et devient en 1947 le directeur artistique du Lido.

Friand d’extraordinaire, il parcourt le monde à la recherche d’attractions exceptionnelles et met tout en œuvre afin de pouvoir les réaliser à Paris.

Il offre ainsi au Lido des spectacles incroyables où se mêlent piste de glace, piscine, jets d’eau ou encore d’autres idées folles telles que des hélicoptères volant dans la salle.

+

Pierre Louis Guerin

Amateur de spectacle, Pierre-Louis Guérin quitte ses études de médecine pour se consacrer sans réserve au monde des paillettes et de la nuit.

Il ouvre son premier cabaret « le club » rue de Charenton et reçoit des artistes talentueux tels que Bourvil et Line Renaud.

Par la suite, il rejoindra les frères Clérico à la direction Lido pour mettre sa patte à la création de ce lieu unique et féerique.



Miss Bluebell

+

MISS BLUEBELL

De son vrai nom Margaret Kelly, elle est surnommée Miss Bluebell en hommage à ses yeux couleur jacinthe.
Née le 24 juin 1910, cette belle irlandaise sera la créatrice de la ligne des Bluebell Girls.

Elle vit dans les années 30 en Allemagne puis en France où elle débute comme danseuse aux Folies Bergères.

À 22 ans seulement, elle crée sa propre compagnie avec laquelle elle rejoint les loges du Lido en 1948. C’est ici que le talent de ces créatures aux jambes interminables et à l’élégance légendaire éblouira la scène parisienne.

Aujourd’hui encore, les Bluebell Girls sont emblématiques de la magie des revues du Lido.




Un Lieu Emblématique



LES ORIGINES


Le tout premier Lido remonte à 1928. Une plage artificielle avait été créée dans les sous-sols de l’ancien hôtel particulier de Monsieur Dufayel. Celui-ci fut démoli pour être remplacé par une galerie marchande nommée les « Arcades » au 78 avenue des Champs-Elysées.
Les dessous devinrent le « Lido, la plage de Paris », nom trouvé par un certain Monsieur Chaux. On s’y désaltère, les enfants s’amusent dans cette piscine de 33m de long par 9m de large. Mais c’est aux sorties des théâtres, vers minuit, que l’établissement s’anime vraiment : casino, animation musicale dans l’eau, gondole comme à Venise…
Cependant en 1933, la clientèle se faisant plus rare, le lieu est mis en liquidation judiciaire.

En 1936, le fameux Léon Volterra arrive à la rescousse et transforme de fond en comble l’espace. Fini la piscine et sa plage, place à un temple, des colonnes et au spectacle !


De 1946 à nos jours


Après guerre, Léon Volterra cède le bail du Lido à deux frères : Joseph et Louis Clérico.
Dans la foulée, d’importants travaux sont entrepris et en font le temple de la revue à grand spectacle. Dès le 20 juin 1946, la scène rayonne de la beauté, devenue légendaire, des danseuses, de l’éclat des costumes et de l’élégance des attractions. Le cabaret est propulsé au sommet du monde.

Reconnues partout, toujours accueillies avec ferveur, les revues du Lido sont encensées par la critique. Certains iront même jusqu’à proclamer que « les étrangers et les Français de passage à Paris vont d’abord visiter la tour Eiffel et le Lido où ils ont l’assurance de voir un spectacle prestigieux, unique au monde ». Le Lido est définitivement entré dans la légende.

Une légende vivante qui se réinvente. En 1977, le Lido investit les murs du Normandie, au 116 avenue des Champs Élysées. Admirablement conçu et habillé par les architectes Peynet, Bartoccini et Veccia, l’établissement devient le plus grand et le plus luxueux cabaret d’Europe, pour ne pas dire du monde.

Au Lido, l’ivresse de la salle est affaire de prouesses. Prouesse humaine mais aussi prouesse de technologie. Quand le plancher s’enfonce et transforme la piste de danse en scène de spectacle, c’est un millier de spectateurs qui est transporté. Et lorsque successivement apparaissent la piste de glace, la piscine et les incroyables écrans d’eau, le Lido s’enflamme jusque dans ses plus profondes alcôves. Toute une machinerie, des techniciens au savoir-faire aussi prodigieux que le talent de nos artistes font du Lido le plus sensationnel lieu de spectacle.

Les anciennes revues